Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mado-Girl

  • : Madonna's Eyes
  • Madonna's Eyes
  • : ~Queen of the world,but never of mY blog~
  • Contact

Mado-Trucs

INFO(S) du moment:

*
Je participe à l'album photo des blogueurs (clic)

*Laisser sa trace ...
Livre d'or
  
(merci!!)


 




















Droits de publications:
*Les photos paparazzis étant une atteinte à la vie privée,donc illégales,j'estime qu'elles n'appartiennent à personne,et que tous sites et blogs peuvent en bénéficier librement.Si vous voulez cependant que certaines soient retirées,merci de m'envoyer un mail à
little-madonna@club-internet.fr 

*Les informations publiées peuvent être réutilisées,cependant les textes m'appartiennent et il est interdit de les plagier (sauf exceptions)

Ce Blog est en partenariat avec
Fans clubs et communautés de fans - Le réseau Purefans

Les délires de Babymad

ICI LE LIVRE D'OR DE MADONNA ...
[clic svp]

Bienvenue sur mon blog! 
 

baby-madsky.jpg

 

[ Attention: pas de mise à jour le dimanche ]

**********

ImadgeIN


Blog Partenaire de
Madonna France

***

Rejoignez-moi en tant que:

Les Végétaliseurs : ecologie 
 
 Free Image Hosting at www.ImageShack.us 


21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 06:11

                                              


Mon coeur d'amour, effacé à l'eau de pluie, comme un soleil qui se cache tu t'enfuis. 
Ô coeur de verre, je ne vois plus à travers toi. Opaque à mes soupirs, tu es devenu si froid. 
Parle-moi, parle-moi encore, à coeur ouvert. Dis-moi tes blessures et ton corps, affolé contre ma chair. 
J'en oublies les plus tendres et les plus courts, j'en oublies tout, tout mon amour. Tout ces moments à guetter ton absence, comme une présence de ton silence. Dans ma chambre les ombres furtives chatouillent mon coeur fragile. J'ai si mal et je crève de ne pouvoir t'être si facile. Coeur sincère, tu m'avoues tout à la lumière. Mais cette route est devenue tortueuse, torture mentale et maltraitance physique. Me priver de tes caresses magiques. 
Mon coeur en colère ne veut pas te laisser faire. Te retenir, te griffer, te crier. T'insulter, te jetter, te détester. Mais toujours, t'aimer. 

Dans le coeur de l'instant, te murmurer finalement, que tu es tout et puis rien à la fois. Que tu peux claquer la porte, mais que la porte restera près de toi. Au cas où. 




Repost 0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 06:44


La promesse d'une nuit agitée,
Parmi les étoiles tu es parti t'envoler.

Tu as ramené la poudre d'argent, 
Qui fait briller le coeur des grands.

Un éclat de lumière dans l'orage,
La foudre a tonné - tu n'as pas été sage.

Punition cruelle et impossible,
De te priver de mon corps immobile.

De bottes et de cuir mon amour,
Souffrira d'avoir joué les sourds. 

Tu sais si bien ce qui t'attends - tu as peur,
De découvrir ce que je vais faire - pour apaiser ma douleur. 

Madonna de la nuit,
Femme de jour et d'envie.



Repost 0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 06:29



Rouge pulpeux de lèvres en canapé, rien de tel qu'un amuse-gueule pour commencer.
Détours tortueux de géométrie, qui donne mal aux yeux et laisse nos mains s'égarer.
A coprs à demi dévoilé, laissons fuir nos regards intrigués.
Dans sa tête elle est partie à mille lieux de sa tasse de café.
Lentement le vin coule dans ses veines endormies, pourquoi lutter pour cette tentatrice allongée?                    
Rien n'abîme plus nos coeurs messieurs, que de vous sentir, pour nous, hésiter ...  
Repost 0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 06:20
J'ai compté à rebours les minutes qui me séparent de toi. Le temps a passé, le vide est toujours là. 
Je ferme les yeux et laisse aller ma solitude mais je m'ennuie. Le vent frappe à ma fenêtre, il m'emmène faire un tour, mais c'est toujours toute seule que je remonte l'ascenseur ... 
Le vague à l'âme ne se reflète que dans les eaux de mon silence, et j'ai encore dans la tête le miroir des souvenirs. C'est dégoûtant, j'ai envie de vomir: il y a toujours son regard plongé dans le mien; et ses veines saillantes sur le sol écarlate
Vois comment les femmes peuvent être monstrueuses! La jalousie ravive les haines, regarde la mienne!
Sur mon coeur la trace de ses griffures, qui chaque nuit me murmure, me hante et me détruit. Elle me dit que je suis vilaine, alors que Reine dans ton lit. Tu berces mes illusions, je ne crois plus en rien. L'amour à ses desseins, et moi je cherche le mien ...

J'ouvre les yeux et le soleil aveugle mon corps fragile, je ne suis pas cette femme, odieuse et irascible. Elle, elle regarde passer les jours, derrière la vitre. Elle me maudit mais t'aime à la folie. Dans son esprit, qui sait, rêve-t-elle peut-être de me tailler les veines? J'y ai rêvé la première et c'est tant pis, je ne veux pas être la victime d'une femme devenue monstrueuse à l'envi ... 



Repost 0
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 07:05

 

Dans l'illumination de ton regard, j'ai noyé mes chagrins

Dans l'illumination de ton regard pourtant, ça m'a fait tant de bien.

Dans le creux de ton cou, j'ai écouté ton souffle lent,

Dans le creux de ton cou, j'ai respiré le parfum ennivrant.

A la douceur de tes bras, j'ai voulu taire mes envies,

A la douceur de tes bras, l'envie de m'évader loin d'ici.

Mais tu m'échappes mon amour,

Tu mets fin à mes rêves un peu courts.

Je mettrais des montagnes à tes pieds,

Ton regard je saurai le défier.

Père Noël si tu m'entends s'il-te-plaît,

Dites à chéri que je le voudrais ...

 

Repost 0
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 07:18




Je t'attendais, gelée sur la quai de la gare - incertaine
Mes doigts brûlés à l'essence du gel - vilaine
Mon sang chaud pourtant redorait mes veines - sereine

Le train tardait à arriver je m'impatientais - pressée
Parmi la foule tu es sorti majestueux - blessé
Je ne voulais pas que tu sois déçu - frustré

Je t'ai pris dans mes bras tendrement - enlacé
Emmené dans les profondeurs de mes jardins secrets - incensé]
Etais-tu vraiment heureux d'être arrivé? - changer

Je t'ai offert mon corps en dernier - douceur
Par pudeur, je ne voulais que te garder - erreur
Le parfum de ta peau ennivrant et délicieux - odeur

Je t'ai protégé des autres - amour
En te volant de ton écrin - toujours
Je ne veux pas te rendre - un jour ...

 

Repost 0
18 octobre 2008 6 18 /10 /octobre /2008 06:52
http://madonna.connexion.free.fr/FiltNYC10132008/12.jpg


Turbulente nuit d'ivresse à n'en plus pouvoir,

Au delà de la faiblesse,vouloir soutenir son regard.
Sur ces douleurs qui font si mal,

Vouloir lever le voile ...

A travers la transparence se dessine la féminité
D'une femme habillée mais que tout semble dénuder.
Noires envies et blessures graves,
D'un coeur insoumis qui perd une bataille.

Le soleil se couche il est temps de faire le deuil
Des fins d'été qui finissent mal et qui s'effeuillent.
Sur ces douleurs qui font si mal,

Vouloir lever le voile ...

Repost 0
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 07:37

Les yeux dans le vague, Madonna pense ...
Suis-je assez sexy pour te plaire? - Toi amour de mon coeur éphémère ...



Rouge, pour les délices du charnel
Noir, pour illuminer ton corps de dentelle.

Lentement s'ouvre ton manteau de fourrure
Comme une femme avide d'une aventure.

La nuit est longue mais pas assez
Pour deux corps qui sont tendrement enlacés.

Les murs sont des témoins silencieux de cette histoire,
Jamais personne de cette nuit ne doit rien savoir.

Madonna seule dans cette chambre s'éveille,
Attentive au moindre murmure que son rêve pourrait  encore glisser à son oreille ...



[Edit: la photo ne correspond plus à celle qui a inspirée le poème ... car elle refusait d'apparaître]

Repost 0
16 septembre 2008 2 16 /09 /septembre /2008 07:06

Madonna lors du lancement de sa tournée (AP)

Les alarmes ont sonné dans mon coeur fragile
Je ne savais pas que tu t'en allais, amour subtil.
*
Les cris pourtant auraient dû m'interpeller
Mais aveugle face à la tristesse on préfère rester.
*
Et dans la brume du matin de septembre
Sur mon corps les traces de nos cendres.
*
Amour déchu dans tes ailes si grandes
Ma main déçue ne trouve plus de tendresse à te tendre.
*
Madonna à présent tu peux croiser tes jambes
Le poème est fini et je vois des yeux qui tanguent.



[Ouverture de la nouvelle catégorie: Les poèmes madonnaïens]

Repost 0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 06:46



La nuit s'approche et toi tu te caches,
Derrière les projecteurs qui te font briller.
Homme amoureux jamais ne te lâche,
Madame dans ton corsage noir tu le fais rêver.

Tes yeux de chats sont comme des filets,
Des oeuvres d'arts maquillés ,
Qui n'ont d'autre but que de le faire chavirer,
Quand ce soir tu te seras déshabillée.

...

Repost 0

Mado-News